22 mai 2023
La FHP demande une révision de l’ONDAM 2023

L’inflation nous préoccupe particulièrement pour l’année 2023.

Nous n’ignorons pas l’enjeu de la nécessaire maitrise des dépenses publiques à laquelle le budget de la Sécurité sociale doit contribuer, mais il ne peut être fait abstraction des réalités de l’inflation et des demandes de réévaluation des salaires des professionnels pour la défense de leur pouvoir d’achat.

A ce titre, le cadre pluriannuel du financement des secteurs du soin devra prévoir des modalités d’indexation à un coût hospitalier en lien avec l’évolution de l’inflation.

La LFSS 2023 a retenu en construction une inflation de 4,3%, substantiellement inférieure aux dernières prévisions du FMI pour 2023 autour de 6 %. Les tendances d’évolution dans les établissements de santé sont encore supérieures, du fait de l’impact particulièrement marqué des coûts de l’énergie. Dans ce cadre, la campagne tarifaire des établissements de santé a intégré un financement complémentaire de l’inflation des coûts hors RH de 0,8md€. Au total, l’ONDAM 2023 a permis 0,8md€ de dotation inflation initiale et 0,3md€ de solde pour l’évolution des tarifs.

S’ils sont à saluer, ces financements additionnels demeurent bien inférieurs à la réalité de l’impact de l’inflation sur les coûts des établissements de santé. Dans ce contexte, l’ensemble des fédérations publiques et privées appellent à une nécessaire révision de l’ONDAM à hauteur d’au moins 1,5md€ pour la seule inflation. A cette évolution inflation doit venir s’adosser le financement de revalorisations salariales pour maintenir le pouvoir d’achat de nos professionnels dans un contexte de crise d’attractivité des métiers du soin. La réalité du besoin est ainsi de 2,5 md€ pour la révision de l’ONDAM 2023.

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – « C’est pour moi ! »

Il y a des formules qui marquent davantage que d’autres. Lors de sa conférence de presse fleuve du 16 janvier dernier, le Président de la République a dit sa volonté d’en finir avec « la France du : ce n’est pas pour moi ». Il expliquait ainsi la nomination de Rachida Dati à la culture, missionnée pour combattre le sentiment d’illégitimité éprouvé par beaucoup de Français vis-à-vis des pratiques culturelles. Il est vrai que la démocratisation de la culture demeure encore largement un vœu pieu.

lire plus

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – La santé « en haut de la pile » ?

La donne se précise pour la monde de la santé, avec la nomination de Catherine Vautrin comme ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités. En renouant avec la tradition des grands ministères sociaux, le périmètre ainsi défini est prometteur, propice à dépasser les cloisonnements et à éviter que les sujets ne sombrent dans quelque vortex sur le chemin…

lire plus
Share This