22 mai 2023
La FHP demande une révision de l’ONDAM 2023

L’inflation nous préoccupe particulièrement pour l’année 2023.

Nous n’ignorons pas l’enjeu de la nécessaire maitrise des dépenses publiques à laquelle le budget de la Sécurité sociale doit contribuer, mais il ne peut être fait abstraction des réalités de l’inflation et des demandes de réévaluation des salaires des professionnels pour la défense de leur pouvoir d’achat.

A ce titre, le cadre pluriannuel du financement des secteurs du soin devra prévoir des modalités d’indexation à un coût hospitalier en lien avec l’évolution de l’inflation.

La LFSS 2023 a retenu en construction une inflation de 4,3%, substantiellement inférieure aux dernières prévisions du FMI pour 2023 autour de 6 %. Les tendances d’évolution dans les établissements de santé sont encore supérieures, du fait de l’impact particulièrement marqué des coûts de l’énergie. Dans ce cadre, la campagne tarifaire des établissements de santé a intégré un financement complémentaire de l’inflation des coûts hors RH de 0,8md€. Au total, l’ONDAM 2023 a permis 0,8md€ de dotation inflation initiale et 0,3md€ de solde pour l’évolution des tarifs.

S’ils sont à saluer, ces financements additionnels demeurent bien inférieurs à la réalité de l’impact de l’inflation sur les coûts des établissements de santé. Dans ce contexte, l’ensemble des fédérations publiques et privées appellent à une nécessaire révision de l’ONDAM à hauteur d’au moins 1,5md€ pour la seule inflation. A cette évolution inflation doit venir s’adosser le financement de revalorisations salariales pour maintenir le pouvoir d’achat de nos professionnels dans un contexte de crise d’attractivité des métiers du soin. La réalité du besoin est ainsi de 2,5 md€ pour la révision de l’ONDAM 2023.

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Hospitalisation à domicile pédiatrique

Les Hôpitaux Privés de Poitiers avec notamment la Polyclinique de Poitiers et la Clinique du Fief de Grimoire développent, depuis quelques années, l’hospitalisation à domicile (HAD) en pédiatrie. Reposant sur la HAD pour patients adultes, cette prise en charge innovante, peu développée en France et gérée par une équipe pluri professionnelle, permet à des enfants âgés de 0 à 18 ans d’être suivis médicalement à domicile en néonatalogie ou pour d’autres pathologies aiguës ou à risque pour les plus âgés en leur évitant le stress de l’hospitalisation en milieu hospitalier.

lire plus

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Se dépasser pour les patients

De nouveaux éléments issus d’une étude économique en cours, menée par la FHP, apportent un éclairage étayé et renouvelé de la crise sanitaire à l’aune de l’action du secteur privé. Même si la lutte contre le Covid nous parait loin, le sujet de la « dette de soins » est un enjeu de santé publique majeur : il se réfère à tous les soins qui n’avaient pas pu être effectués pendant la crise, soit à cause des déprogrammations et de la saturation du système, soit du fait de l’autocensure des patients eux-mêmes.

lire plus
Share This