24 avril 2024
Une nouvelle technique de reconstruction mammaire
Les chirurgiens sénologues de l’Hôpital Privé du Confluent (Vivalto Santé) à Nantes proposent une nouvelle technique de reconstruction mammaire par mini lambeau de grand dorsal pour les femmes ayant subi une mastectomie

Hôpital Privé du Confluent : cancer du sein, une nouvelle technique de reconstruction mammaire 

Les chirurgiens sénologues de l’Hôpital Privé du Confluent (Vivalto Santé) à Nantes proposent une nouvelle technique de reconstruction mammaire. La technique du « mini lambeau » du grand dorsal pour les femmes ayant subi une mastectomie. 

La reconstruction mammaire est une étape importante dans la prise en charge du cancer du sein. C’est une intervention proposée aux patientes ayant subi une mastectomie, c’est-à-dire une chirurgie du sein non conservatrice. 

La reconstruction par lambeau du grand dorsal (muscle du dos) est une méthode fréquemment utilisée
après une ablation du sein.  

La technique du « mini lambeau » se différencie de ce qui se pratique habituellement. Ici, on préleve qu’une partie du muscle du grand dorsal, au lieu de l’enlever dans son intégralité. 

« Le principe est d’utiliser l’excédent cutanéo graisseux axillaire correspondant à l’excès de tissu que l’on retrouve dans la région latérale du thorax, à savoir le petit bourrelet sous le bras », explique Dr Sophie Rouquette, chirurgienne sénologue à l’Hôpital Privé du Confluent. 

Une technique innovante de chirurgie reconstructrice

Cette technique innovante permet de proposer aux femmes une alternative qui améliore les résultats de la reconstruction mammaire, en la rendant plus naturelle. En effet, contrairement aux prothèses, ce sont les propres tissus de la patiente qui sont utilisés. Et plus simple car les suites opératoires sont peu douloureuses et les séquelles fonctionnelles quasi inexistantes. Cela permet donc un retour plus rapide aux activités quotidiennes. 

 « L’intervention dure environ 2 heures. Elle peut être réalisée soit à distance d’une mastectomie radicale, soit dans certaines indications de reconstruction mammaire immédiate, ce qui est de plus en plus fréquent », précise le Dr Mathilde Vital, chirurgienne sénologue à l’Hôpital Privé du Confluent. 

Après cette intervention, le volume est souvent amélioré par une ou deux séances de liporemodelage. Cela consiste en une aspiration de graisse de la patiente (hanches, abdomen ou cuisses selon les morphologies) et une réinjection de cette graisse au niveau de la reconstruction permettant ainsi un rendu complètement naturel. 

Moins de séquelles fonctionnelles

Grâce à ce prélèvement musculaire a minima, les séquelles de la chirurgie sont grandement diminuées. À la suite de l’intervention, la mobilité du bras est entièrement conservée. Les patientes ne ressentent que peu, voire pas, de douleurs dorsales, ni de contractions musculaires au niveau du sein. Sur le plan esthétique, la morphologie et les variations pondérales des patientes sont totalement respectées ce qui renforce l’aspect naturel du sein. 

Cette technique offre un résultat qui s’intègre parfaitement au corps et qui est stable dans le temps. 

La reconstruction mammaire : un choix individuel avant tout

La reconstruction mammaire fait partie intégrante du traitement et peut être proposée en cas de mastectomie radicale. Elle permet à la patiente de retrouver une silhouette plus harmonieuse et de mieux vivre l’ablation du sein. Bien entendu, la reconstruction n’est pas obligatoire et reste un choix personnel de la part de la patiente. La reconstruction peut dans certains cas être proposée dans le même temps que l’ablation du sein (reconstruction immédiate). Cela dépendra du type de cancer et de la nature prévue des traitements. 

Différents types et méthodes de reconstruction existent et varient en fonction de l’individualité de chaque patiente. Elle sera adaptée selon la morphologie, la localisation et l’aspect des cicatrices, l’état cutané post radique et des attentes de la patiente. La discussion entre le chirurgien et la patiente est primordiale afin de bien cerner les attentes de la patiente. 

La prise en charge du cancer du sein à l’Hôpital Privé du Confluent

Le traitement du cancer du sein nécessite, dans la majorité des cas, un geste chirurgical pour enlever la tumeur et parfois les ganglions axillaires. Le service de chirurgie comprend : l’unité de consultation, le bloc opératoire et le service d’hospitalisation ambulatoire et traditionnelle. L’équipe de chirurgiens, spécialisée dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein, travaille de manière pluridisciplinaire avec les différentes équipes (oncologie, anesthésie, chimiothérapie, radiothérapie, médecine nucléaire, anatomopathologie, radio-sénologie et soins de support). 

Avec près de 1 300 interventions de chirurgie du sein par an, l’Hôpital Privé du Confluent est nationalement reconnu comme le 1er établissement de France pour la prise du cancer du sein. 

Découvrez nos autres actualités sur le thème « Les cliniques et hôpitaux privés innovent »

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Une relation rénovée

Depuis de longues semaines, les femmes et les hommes de l’hospitalisation privée étaient mobilisés pour dire avec force leur refus de toute discrimination envers leur profession. Aux côtés des médecins libéraux, nous avons conduit un mouvement qui a suscité beaucoup d’adhésion et de sympathie. Une soixantaine de personnalités ont signé dans les Echos un manifeste de soutien, et notre pétition avoisine les 80 000 signatures.

lire plus
Share This