26 avril 2023
Opération de greffe de cellule souche et essai clinique à l’hôpital privé Jacques Cartier
L’hôpital privé Jacques Cartier de Massy (Ramsay Santé - 91), à la pointe de la cardiologie interventionnelle, a réalisé, en début d’année ...

L’hôpital privé Jacques Cartier de Massy (Ramsay Santé – 91), à la pointe de la cardiologie interventionnelle, a réalisé, en début d’année, une toute nouvelle opération de greffe de cellules souches dans le cœur d’un patient ayant subi un infarctus sévère.

Dans le cadre d’un essai clinique, ce premier patient a reçu une injection de cellules souches en vue de régénérer son muscle cardiaque endommagé par un infarctus. C’est une solution médicale unique au monde, qui tient la promesse de régénérer les tissus d’un cœur endommagé afin de restaurer la fonction cardiaque post-infarctus.

Centre d’excellence pour développer les thérapies de demain

La participation de l’hôpital privé Jacques Cartier, en collaboration avec l’Institut Cardiovasculaire Paris Sud et la RCF@ICPS (société de recherche clinique), démontre du grand intérêt scientifique de la solution thérapeutique proposée par Cellprothera. L’essai clinique, auquel participe également d’autres centres experts en France et au Royaume-Uni, peut ici compter sur la grande expertise et l’infrastructure de haut niveau de ce centre pour réaliser ces opérations uniques au monde.  

Après un premier patient traité avec succès le 18 novembre dernier, d’autres opérations seront menées sous la direction du Dr Thomas HOVASSE – Cardiologue.

Vers la fin des essais cliniques

Avec cette dernière opération réalisée au mois de novembre dernier, la fin des essais cliniques de phase 2 est proche : il reste à traiter une dizaine de patients à peine pour atteindre ce cap. Cela devrait arriver courant 2023. Après cette étape et en fonction des résultats obtenus, pourra être envisagé le lancement d’une étude clinique de plus grande ampleur tout en proposant de traiter les premiers patients en soin courant dans le cadre de l’accès précoce en France. Si les résultats de l’essai sont satisfaisants, des patients pourraient être couramment traités via cette solution dès 2024-2025.

Comment fonctionne la solution développée ?

A travers cette thérapie, chaque patient devient son propre médicament ! En effet, les cellules souches nécessaires à la régénération sont récupérées via une simple prise de sang sur le patient. Ces cellules dites « autologues », sont démultipliées dans un automate dédié dans l’objectif d’obtenir la dose suffisante pour traiter le patient. Ce biomédicament, est ensuite injecté dans les tissus du cœur à régénérer.

L’objectif de l’étude est de montrer une amélioration de la fonction cardiaque, qui permettrait d’éviter des traitements futurs souvent lourds et dans certains cas la greffe de cœur.

Les avantages attendus pour les centres hospitaliers 

  • Réduit significativement les coûts de prise en charge des patients
  • La solution Cellprothera est éthique car elle n’utilise pas de cellules souches embryonnaires
  • Réduit les coûts liés au traitement médicamenteux
  • Réduit les coûts inhérents aux traitements existants (chirurgical, transplantation…), aux hospitalisations multiples…

Les avantages attendus pour le patient

  • Améliore durablement la fonction cardiaque et donc la qualité et l’espérance de vie du patient
  • Evite un traitement médicamenteux lourd lié à l’insuffisance cardiaque
  • Nécessite une seule et unique procédure
  • Représente dans certains cas une alternative efficace de substitution à la transplantation cardiaque
  • Diminue la mortalité
  • Elimine le risque de rejet du greffon car injection de ses propres cellules souches.

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Hospitalisation privée, un certain regard des Français

L’institut d’opinion Viavoice a réalisé une étude riche d’enseignements sur notre profession : elle montre que 78% des Françaises et des Français déclarent faire confiance à l’hospitalisation privée pour répondre à leurs besoins de soins, et 71% pour assurer des missions de service public, au service de l’intérêt général.

lire plus
Share This