1 mars 2023
Un centre d’appareillage et d’expertise à la Clinique Provence-Bourbonne
Composé d’une équipe pluridisciplinaire : orthoprothésistes, médecins rééducateurs, kinésithérapeutes…

Structure polyvalente, le centre d’appareillage de la Clinique Provence-Bourbonne (Ramsay Santé), située à Aubagne (Bouches-du-Rhône) propose des soins médicaux, des services de rééducation et de confection de prothèses aux patients.

Situé au cœur de la Clinique Provence-Bourbonne, ce centre d’appareillage unique est composé d’une équipe pluridisciplinaire : orthoprothésistes, médecins rééducateurs, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, infirmières… Tous s’unissent dans un seul et même objectif : « apporter, grâce à ce partenariat, une prise en charge globale et experte aux patients amputés, au sein d’un lieu unique », explique le Dr Michèle Timsit, médecin rééducateur.

Un centre d’appareillage et d’expertise unique

Avec la création de ce centre, la Clinique Provence-Bourbonne, déjà reconnue dans la prise en charge en soins médicaux de réadaptation suite à un traumatisme ou un polytraumatisme, dispose d’un plateau complet d’évaluation et d’adaptation de l’appareillage. Elle propose désormais aux patients amputés des solutions pour améliorer leur qualité de vie de manière globale.

« Le centre est composé d’une salle dédiée au moulage des prothèses (réalisé par des scanners spécifiques, capables d’obtenir des données morphologiques), d’un atelier de montage (afin de monter les prothèses et de modifier leurs emboîtures), d’une salle d’évaluation clinique équipée d’un scanner de pointe (Insight, Adapttech) ainsi que d’une piste de marche pour optimiser les réglages des prothèses et réaliser des soins de kinésithérapie», détaille Bertrand Tourret, orthoprothésiste au sein BTC Orthopédie.

En France, l’établissement est le premier à utiliser un scanner de ce type : un dispositif d’évaluation d’emboîtures de prothèses dernier cri, équipé de capteurs de pression puissants. Ces derniers permettent d’obtenir des données quantifiées et, ainsi, d’améliorer le pronostic de marche des patients.

Une offre de soins de proximité mais aussi de recours

Le centre d’appareillage est organisé pour assurer l’accompagnement des patients hospitalisés au sein de la Clinique. « Cela permet d’offrir une offre de soins et une accessibilité reconnues par tous », explique Loïc Bancilhon, directeur général de l’établissement. « Le centre est également tourné vers l’extérieur et accueille les patients de toute la région dans le cadre de notre mission de suivi ou plus spécifiquement pour des avis sur des cas complexes, parfois avant la décision d’intervention chirurgicale », poursuit-il.

Établissement leader en termes d’innovation, la Clinique Provence-Bourbonne accueille plus de 300 patients amputés par an dans le cadre de ses activités de suivi, d’expertise ou d’hospitalisation. Les principales causes d’amputations sont d’origines traumatiques ou pathologiques : troubles de la circulation sanguine, infections, accidents, cancer…

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Hospitalisation à domicile pédiatrique

Les Hôpitaux Privés de Poitiers avec notamment la Polyclinique de Poitiers et la Clinique du Fief de Grimoire développent, depuis quelques années, l’hospitalisation à domicile (HAD) en pédiatrie. Reposant sur la HAD pour patients adultes, cette prise en charge innovante, peu développée en France et gérée par une équipe pluri professionnelle, permet à des enfants âgés de 0 à 18 ans d’être suivis médicalement à domicile en néonatalogie ou pour d’autres pathologies aiguës ou à risque pour les plus âgés en leur évitant le stress de l’hospitalisation en milieu hospitalier.

lire plus

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Se dépasser pour les patients

De nouveaux éléments issus d’une étude économique en cours, menée par la FHP, apportent un éclairage étayé et renouvelé de la crise sanitaire à l’aune de l’action du secteur privé. Même si la lutte contre le Covid nous parait loin, le sujet de la « dette de soins » est un enjeu de santé publique majeur : il se réfère à tous les soins qui n’avaient pas pu être effectués pendant la crise, soit à cause des déprogrammations et de la saturation du système, soit du fait de l’autocensure des patients eux-mêmes.

lire plus
Share This