25 janvier 2024
Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – « C’est pour moi ! »
Il y a des formules qui marquent davantage que d’autres. Lors de sa conférence de presse fleuve du 16 janvier dernier, le Président de la République a dit sa volonté d’en finir avec « la France du : ce n’est pas pour moi ». Il expliquait ainsi la nomination de Rachida Dati à la culture, missionnée pour combattre le sentiment d’illégitimité éprouvé par beaucoup de Français vis-à-vis des pratiques culturelles. Il est vrai que la démocratisation de la culture demeure encore largement un vœu pieu.

Il y a des formules qui marquent davantage que d’autres. Lors de sa conférence de presse fleuve du 16 janvier dernier, le Président de la République a dit sa volonté d’en finir avec « la France du : ce n’est pas pour moi ». Il expliquait ainsi la nomination de Rachida Dati à la culture, missionnée pour combattre le sentiment d’illégitimité éprouvé par beaucoup de Français vis-à-vis des pratiques culturelles. Il est vrai que la démocratisation de la culture demeure encore largement un vœu pieu.

On touche là à un ressort profond de la société, ce « ce n’est pas pour moi », mélange d’autocensure, d’inhibition et de préjugés. Il est d’autant plus difficile à combattre dans un pays profondément fracturé (« balkanisé », disent les sociologues), où la résurgence des querelles de chapelle affleure toujours : le débat sur « les deux écoles » l’illustre pleinement aujourd’hui.

Ce sujet trouve une résonance toute particulière dans le monde de la santé, qui se doit d’être par excellence, dans l’accueil et le soin de tous. Dans les hôpitaux et les cliniques, le « c’est pour moi » est inconditionnel ; c’est ce que chaque patient doit se dire, et ressentir. Ce n’est pas le statut qui gouverne ce principe, mais la mission. Cela suppose là aussi de déconstruire un certain nombre de dogmes, notamment sur le rôle du secteur privé.

Car le dogme jette trop souvent un voile opaque sur la réalité. Cette réalité, c’est celle, partout sur les territoires, d’établissements de santé privés « pour tous ». Proximité : 80% des Françaises et des Français vivent à moins de cinq minutes d’une clinique privée. Solidarité : 20% des patients pris en charge dans nos établissements sont en situation de précarité. Et exigence dans la qualité – des soins, du parcours, de l’information…, qui est la meilleure garantie de l’égalité de tous devant la santé.

Mettre un terme au « ce n’est pas pour moi » suppose d’accompagner et soutenir les acteurs qui, dans tous les domaines (culture, éducation, santé…), enfoncent les préjugés, lèvent les barrières et renforcent la cohésion sociale. Les cliniques et hôpitaux privés à missions n’ont qu’un but : que chaque patient qui veut s’y faire soigner puisse dire « C’est pour moi ».

                                                                                                                         Lamine Gharbi

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Une relation rénovée

Depuis de longues semaines, les femmes et les hommes de l’hospitalisation privée étaient mobilisés pour dire avec force leur refus de toute discrimination envers leur profession. Aux côtés des médecins libéraux, nous avons conduit un mouvement qui a suscité beaucoup d’adhésion et de sympathie. Une soixantaine de personnalités ont signé dans les Echos un manifeste de soutien, et notre pétition avoisine les 80 000 signatures.

lire plus
Share This