29 mars 2024
Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Onde de choc
L’annonce de « tarifs » indigents pour l’hospitalisation privée - en clair, nos financements pour 2024 - est une onde de choc pour notre profession et même au-delà, si j’en crois les multiples témoignages d’incompréhension et de soutien que je reçois depuis hier, émanant de personnalités et d’institutions très diverses. Et cela se comprend aisément : affaiblir à ce point, de manière assumée, un pan entier de l’hospitalisation dans notre pays porte forcément préjudice à l’ensemble de l’écosystème de santé... et en premier lieu aux patients.

L’annonce de « tarifs » indigents pour l’hospitalisation privée – en clair, nos financements pour 2024 – est une onde de choc pour notre profession et même au-delà, si j’en crois les multiples témoignages d’incompréhension et de soutien que je reçois depuis hier, émanant de personnalités et d’institutions très diverses. Et cela se comprend aisément : affaiblir à ce point, de manière assumée, un pan entier de l’hospitalisation dans notre pays porte forcément préjudice à l’ensemble de l’écosystème de santé… et en premier lieu aux patients.

Après une année 2023 très difficile, sans soutien significatif face aux effets délétères de l’inflation, ce choix délibérément punitif à l’égard des cliniques et hôpitaux privés interroge : pourquoi sommes-nous punis ? Pour nos excellents résultats sur la qualité des soins ? Pour le rattrapage des soins retardés par le Covid, pour lequel nous avons été particulièrement engagés ? Pour notre soutien et notre coopération en appui de l’hôpital public quand celui-ci est dépassé ?

J’ai dit que c’était une faute politique, et je le maintiens. Imaginer que mettre la tête sous l’eau à l’hôpital privé redonnera de l’oxygène à l’hôpital public est un leurre, et personne ne peut y croire avec un soupçon d’honnêteté intellectuelle. Cela fait près de dix ans que l’État verrouille les créations de services d’urgence et de réanimation dans le privé, et si la situation en était meilleure, cela se saurait… La résurgence d’une approche dogmatique, à rebours du pragmatisme et de l’efficacité auxquels l’état peu enviable de notre système de santé nous convoque, est donc sidérante.

Pire, elle conduit fatalement à l’échec d’une politique, et dans le contexte actuel et pour toutes sortes de raisons, personne ne le souhaite, moi moins que quiconque. Pourtant, avec plus de 50% d’établissements de santé privés en déficit dans les prévisions 2024, alors que nous représentons 35% de l’activité hospitalière et que nous sommes présents sur l’ensemble du territoire national, comment allons-nous parvenir à accomplir nos missions de soins ? Un fait est certain, le « coût » pour la santé des Français de la décision prise mardi par le Gouvernement risque d’être élevé.

                                                                                                                         Lamine Gharbi

Découvrez tous les éditos du Président de la FHP

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Après les coalitions, l’action !

Si les cartes du jeu démocratique de notre pays sont largement rebattues, il serait aujourd’hui bien hasardeux de se livrer à des pronostics, tant sur le casting que sur les orientations politiques. Je me contenterai donc à ce stade de formuler le même vœu que la semaine dernière : celui de la victoire in fine du parti de la raison et de la modération, au service de l’intérêt général.

lire plus
Share This