30 août 2023
Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Un déplacement sous le signe des coopérations
C’était l’un de ses premiers déplacements en tant que ministre, dans le Gard, sur ses terres de cœur, et Aurélien Rousseau y a délivré un message fort.

C’était l’un de ses premiers déplacements en tant que ministre, dans le Gard, sur ses terres de cœur, et Aurélien Rousseau y a délivré un message fort : face aux difficultés de notre système de santé, « on ne peut pas se permettre des frottements entre public et privé » ni « se regarder en chiens de faïence ». C’est une question de « responsabilité territoriale », et les tensions imposent « d’inventer des solutions qui passent par le dialogue et la coopération ».

A ce titre, le nouveau ministre de la Santé a tenu à saluer ce que les acteurs publics et privés construisent dans le Gard, en se prêtant main forte quand la situation le requiert. Dans une interview à la presse locale, il a aussi clairement exprimé sa vision de la complémentarité des acteurs, et son refus de toute vision dogmatique fondée sur le statut : « Vous ne m’entendrez pas stigmatiser les établissements de santé privés », a-t-il affirmé, car « ils sont au rendez-vous de l’accompagnement des malades, partout en France ».

Je veux saluer ces propos, qui témoignent d’une reconnaissance réelle des missions accomplies par les hôpitaux et cliniques privés, et augurent d’une volonté de décisions politiques fondées sur l’équité de traitement. Le Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, qui arrivera bientôt en discussion, devra notamment être garant d’une égale considération envers l’engagement de tous les professionnels, du public comme du privé, car la réponse aux besoins de santé des Françaises et des Français passe par la mobilisation de l’ensemble de la communauté soignante.

« On doit sortir de l’idée qu’on met des rustines », a ajouté le ministre. Ce n’est pas qu’une petite phrase, car Aurélien Rousseau a raison. Telle est en effet aujourd’hui la perception dominante des acteurs de santé comme des citoyens : des politiques de santé à courte vue, sans vision et manquant d’ambition, où l’on colmate de plus en plus difficilement les brèches ; portées par une vision comptable, et non pas guidées par de grandes priorités de santé publique. Là aussi, le cap politique doit s’inscrire en rupture, en privilégiant la visibilité pluriannuelle, en redonnant confiance dans les réformes, et en créant les conditions d’une pleine mobilisation sur les territoires.

Enfin, il y a le sujet crucial des pénuries d’effectifs au sein des établissements, et des voies pour davantage former, recruter, fidéliser les professionnels et renforcer l’attractivité des métiers de la santé. Pour Aurélien Rousseau, « la dégringolade commence toujours par la perte de ressources humaines » : il y a donc urgence. Notre Fédération ne ménage pas ses efforts sur ces enjeux, en sollicitant notamment avec détermination les financements indispensables à la pleine effectivité de notre accord de branche, dont les avancées sociales en matière d’attractivité pour les 250 000 salariés des trois secteurs (FHP, Synerpa, CNeth) sont significatives.

En cette rentrée, les sujets à l’agenda sont très nombreux : PLFSS bien sûr, proposition de loi dite « Valletoux », réformes de financement, soutien face à l’inflation, continuité et accessibilité des soins, prévention, résurgence du Covid… Nous l’abordons avec lucidité et conscience des écueils, mais aussi avec confiance et même enthousiasme, car il n’y a pas plus gratifiant que d’être, comme l’a exprimé le ministre, au rendez-vous de la santé et du soin.

Et bien sûr, nous mettrons tous ces sujets à l’ordre du jour de notre grand événement annuel, nos « Rencontres 2023 », à Bordeaux les 21 et 22 septembre : nous vous y espérons et attendons, nombreuses et nombreux !

 

Lamine Gharbi

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Un jour sans fin

Comme dans le célèbre film « Un jour sans fin », les acteurs de santé ont l’impression de revivre inlassablement le même scénario : depuis un an, nous avons multiplié les signaux d’alarme, notamment au regard des conséquences de l’inflation sur la soutenabilité financière des établissements de santé. Tout ce que nous avions anticipé s’est réalisé, et a même dépassé nos craintes : une étude sectorielle étayée montre qu’en l’état, 53% des cliniques et hôpitaux privés seront en déficit en 2024, avec une capacité d’investissement réduite de 75%…

lire plus

Un centre de chirurgie ambulatoire autonome

Pilier du groupe GBNA Santé, la Clinique d’Arcachon a inauguré en janvier, CapDune, son nouveau Centre de chirurgie ambulatoire autonome au sein du Pôle de Santé d’Arcachon. Marquant le paysage médical du territoire, cet événement majeur symbolise l’engagement continu du groupe envers l’innovation et l’excellence pour des soins de santé de proximité.
Cette inauguration a rassemblé les acteurs impliqués de son écosystème : personnel soignant et administratif de la Clinique et du Pôle de Santé, direction générale et directions des autres établissements du groupe, praticiens, partenaires, élus et autorité de tutelle.

lire plus
Share This