8 mars 2023
Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Loi Rist sur l’intérim : unis et solidaires pour la continuité des soins
A partir du 3 avril sera mise en application la loi « Rist » plafonnant les rémunérations de l’intérim.

Briser le cercle vicieux des dérives de l’intérim dans le domaine de la santé, et mettre un terme au mercenariat médical : telle est la volonté affichée par le Gouvernement, en posant un encadrement strict de son recours. A partir du 3 avril sera mise en application la loi « Rist » plafonnant les rémunérations de l’intérim.

J’ai, de longue date, pointé l’impact délétère des abus de l’intérim dans les établissements de santé, à plusieurs niveaux : impact financier, car le mercenariat médical engendre un coût important et une surenchère intenable pour les hôpitaux et les cliniques ; impact organisationnel, par la déstabilisation des organisations hospitalières et territoriales et une moins bonne coordination des professionnels ; impact sur la continuité des soins pour les patientes et les patients.

Je soutiens donc la volonté de réforme d’un système qui en l’état, est préjudiciable à tous. Il convient de renouer avec des pratiques vertueuses, qui seules permettront de cesser d’alimenter un marché inflationniste qui n’est plus supportable pour le système dans son ensemble. Je l’ai dit à François Braun, qui a bien entendu notre message et qui, au Sénat il y a quelques jours, a fait mention de l’engagement des cliniques « à suivre cette pratique de rémunération raisonnée ».

Bien sûr, pour éviter les tensions dans l’offre de soins, tout cela se prépare et s’anticipe dès à présent. Nous sommes conscients des difficultés qui pourraient se présenter. Mais la crise Covid a montré nos capacités – établissements de tous statuts, médecine de ville, élus, patients, ARS – à construire les organisations et les coopérations indispensables sur les territoires. Unis, nous pourrons franchir le cap et permettre une continuité des soins sans heurts pour les patients.

Comme ils l’ont toujours été, les hôpitaux et cliniques privés à missions seront au rendez-vous, forces vives pour maintenir l’offre territoriale, dans un cadre concerté et équitable de reconnaissance de l’action de tous. Dans le contexte actuel, la solidarité doit être le maitre-mot des organisations pour assurer l’accès aux soins des citoyens.

Lamine Gharbi

Vous serez peut-etre intéressé aussi par :

Édito de Lamine Gharbi (Président de la FHP) – Un jour sans fin

Comme dans le célèbre film « Un jour sans fin », les acteurs de santé ont l’impression de revivre inlassablement le même scénario : depuis un an, nous avons multiplié les signaux d’alarme, notamment au regard des conséquences de l’inflation sur la soutenabilité financière des établissements de santé. Tout ce que nous avions anticipé s’est réalisé, et a même dépassé nos craintes : une étude sectorielle étayée montre qu’en l’état, 53% des cliniques et hôpitaux privés seront en déficit en 2024, avec une capacité d’investissement réduite de 75%…

lire plus

Un centre de chirurgie ambulatoire autonome

Pilier du groupe GBNA Santé, la Clinique d’Arcachon a inauguré en janvier, CapDune, son nouveau Centre de chirurgie ambulatoire autonome au sein du Pôle de Santé d’Arcachon. Marquant le paysage médical du territoire, cet événement majeur symbolise l’engagement continu du groupe envers l’innovation et l’excellence pour des soins de santé de proximité.
Cette inauguration a rassemblé les acteurs impliqués de son écosystème : personnel soignant et administratif de la Clinique et du Pôle de Santé, direction générale et directions des autres établissements du groupe, praticiens, partenaires, élus et autorité de tutelle.

lire plus
Share This